Recettes

Fléxi quoi ????

J’essaie de plus en plus de surveiller la qualité de mon alimentation. Bien sûr, il a quelques petits écarts (je confesse un donut nutella et un donut beurre de cacahuètes pas plus tard qu’hier), mais sinon, je tiens le cap. Je continue sur le chemin du flexitarisme.
Je t’entends d’ici, mais c’est quoi ce truc de flexitarisme?

En résumé, sans rentrer dans des détails que je ne maîtrise de toute façon pas, tu augmentes ta consommation de végétaux et tu limites au maximum les aliments d’origine animale mais sans pour autant te les interdire formellement.
Dans mon quotidien, je ne mange pratiquement plus de viande ni de poisson, plus de produits laitiers non plus.
Mais au restaurant, chez des amis ou lorsque je passe devant une boutique de donuts comme hier, je mange comme tout le monde. Pour dédramatiser le sujet, je dis que « j’essaie d’être végétarien mais sans emmerder les autres! ». Surtout ne le prends pas mal si tu es végétarien, végétalien ou vegan, c’est juste que je n’ai pas trouvé de meilleur raccourci et que ce type de réponse correspond à ma personnalité. Cela dédramatise le sujet qui ne l’est pourtant pas. Attention, ce n’est en aucun cas un jugement de ma part, au contraire, je t’admire de parvenir à respecter le mode de vie que tu as choisi. Un jour peut être que je basculerai définitivement, mais là c’est trop tôt. Pour autant, je me soucie réellement de la souffrance animale, de l’environnement,de ma santé, c’est le début d’un nouveau mode de vie.

Voilà comment le fléxitarisme est défini par le très cultivé Wikipédia :
« Ce terme désigne la pratique alimentaire de personnes qui sont principalement végétariennes mais qui, parfois, mangent viande, poisson et autres « produits animaux ». Selon les circonstances, un flexitarien peut manger végétarien ou végétalien chez lui, mais manger des plats incluant de la chair animale lors d’occasions particulières comme aller au restaurant, lors de repas en famille ou chez des amis.
Les flexitariens partagent généralement les préoccupations des végétariens et végétaliens, à savoir le souhait d’un traitement plus juste des animaux ou des préoccupations environnementales, mais ils s’imposent des contraintes alimentaires plus souples pour différentes raisons comme des raisons de santé, des raisons pratiques ou le maintien des liens sociaux avec les personnes consommant de la viande. »

Et si la photo t’as donné envie, voici les ingrédients (tout est bio):
Avocat, pamplemousse rose, maïs, grenade, coriandre, menthe fraîche, pomme, quinoa (si plat unique), sauce soja, huile de sésame, citron vert

Tu mets tout dans un récipient, tu mélanges et c’est près. Alors, c’est pas chouette le fléxitarisme ?

2 Comments

  1. Florine

    19 avril 2017 at 18 h 55 min

    Ton article a quelques jours, mais je tombe dessus après des recherches. Je suis dans le même cas que toi, sauf que j’ai envie de devenir flexitarienne en ayant peur de sauter le pas. Je n’ai pas envie de me frustrer en enlevant la viande de mon alimentation, mais à petite dose. Le flexitarisme est idéal pour moi qui est en plus intolérante au lactose depuis quelques semaines. Je te souhaite bon courage dans ta quête ^^

    1. Kate Moche

      19 avril 2017 at 21 h 37 min

      On ne saute pas le pas du jour au lendemain. L’avantage du flexitarisme est que rien n’est radical et ni définitif.
      Mais tu te rendras compte que rapidement tu prends des réflexes au fil de tes découvertes de produits et de recettes. Dernier exemple en date: ce soir même où j’ai fait manger des raviolis au tofu à mon mari. Il ne s’est même pas rendu compte que ce n’était pas de la viande !
      De plus, les beaux jours arrivent avec des fruits et des légumes hypers sympas. Je pense que cela va pas mal m’aider également.
      Si tu trouves des blogs sympa sur le sujet, je suis preneuse!

Leave a Reply